Pour nous adapter à la puissance des technologies numériques, il va nous falloir, affirme Ollivier Dyens, professeur à Montréal, modifier en profondeur la vision que nous avons de nous-mêmes.
 


Les nouvelles technologies et l’être humain ne sont pas antinomiques. Il est temps de modifier la vision que nous avons de nous-mêmes et de tabler sur une nouvelle "condition inhumaine", propose l’universitaire québécois Ollivier Dyens dans un brillant essai. Bienvenue au pays des cyborgs!


The Biology of Human-Machine Interaction

Canadian Journal of Cultural Studies

Dyens’s book provides a highly engaging look at how the interdependence of living beings, particularly humans, and their technologies have become intertwined to the point of modifying the ways that both can be said to exist.